Le 24 mai 2018, je communiquerai autour du projet de service de navigation web contributive needle lors du 2e Congrès de la Société pour l’histoire des médias (SPHM) « Rêver d’un autre monde. Médias, utopies et expérimentations de l’époque moderne à nos jours » à Paris.

Résumé

Coordinateur du partenariat entre l’Université de Lorraine et le site d’information The Conversation France, nous nous sommes interrogé sur le positionnement de l’institution vis-à-vis de sa responsabilité sociétale. Dans une perspective de développement durable, la notion d’empreinte s’est imposée pour traduire l’exigence de réflexivité faite à nos organisations universitaires vis-à-vis des acteurs évoluant dans l’environnement numérique. Avec l’empreinte, il ne s’agit pas de rendre possible une lecture par les uns de ce que font les autres, mais d’accéder à une lecture par soi-même de ce que l’on a fait. Ainsi, l’empreinte englobe-t-elle le triptyque indice – inscription – trace dans une objectivation réflexive. Comme le montre les exemples de Google ou de Facebook, l’empreinte des universités peut aller jusqu’à incuber des innovations de rupture à l’impact mondial. C’est dans cet esprit que nous sommes à l’origine d’un service de navigation web contributive dont le développement et l’expérimentation sont soutenus par l’Université de Lorraine : needle. Notre communication est l’occasion d’en présenter les origines et le prototype avant de discuter de l’apport heuristique d’une telle approche qui conjugue démarche scientifique et ambition de changer le monde.

 

Voir aussi :