Dans le cadre du week-end que France Culture consacre à la bande dessinée à l’occasion du Festival d’Angoulême 2020, j’étais l’invité de Louise Tourret et de son émission Être et savoir.

J’interviens à partir de 27:12, puis de 46:27 :

La BD s’impose comme un médium d’une grande plasticité dans sa forme, mais aussi dans ses usages ou encore dans la configuration des collaborations auxquelles elle donne lieu. En dehors de l’étude d’œuvres emblématiques, on peut mobiliser la bande dessinée à l’école pour offrir aux élèves une entrée pratique vers l’écriture (quasi-)audiovisuelle et la narration. Enfin, les collaborations de plus en plus nombreuses entre auteurs de bande dessinée avec des journalistes ou des chercheurs en fait une source de documents et de témoignages très riche pour les éducateurs. Dans le champ scientifique, la BD se révèle d’autant plus pertinente qu’elle permet de relater à la fois la démarche scientifique et le contexte humain de sa mise en œuvre.

Merci à Julien Baudry à qui j’emprunte la référence à la thèse d’exercice de médecine de Serge Tisseron, la première (et la seule) réalisée en bande dessinée.