Hasard du calendrier, alors qu’Izneo promet une offre d’abonnement d’ici fin 2011, le magazine « pirate » BDZ sort son numéro 1 (lire la chronique du numéro 0).

BDZ se livre à une critique très complète de l’offre d’Izneo : politique éditoriale, tarifs, qualité de numérisation, ergonomie, sécurité… Tout y passe. Malgré un portrait au vitriol de l’offre des éditeurs de « Bande numérique », BDZ appelle au « piratage responsable », « complémentaire de l’offre légale » en privilégiant la découverte et le partage d’anciennes BD qui ne sont plus diffusées.

Selon l’auteur de BDZ, cet appel à la raison aurait été relayé récemment au sein d’un scan pirate très attendu, en lieu et place des pages de la BD. Les principaux pourvoyeurs de scans pirates se présentent comme des passionnés avant tout. Or ces « collectionneurs » semblent déterminés à raisonner la jeune génération. De fait, si les nouveautés ne sont pas scannées, l’offre pirate devrait rapidement ressembler à l’offre d’une bonne bibliothèque publique. Reste aux éditeurs et aux libraires à formuler une offre légale suffisamment attractive autour des nouvelles créations, avant que des pirates moins altruistes ne le fassent à leur place.

Voir aussi :