Je suis intervenu dans le cadre du 5ème colloque international du GIS Journalisme « Les écritures du journalisme »

Programme du colloque

Résumé de la communication

Nous proposons d’exposer les premiers résultats d’une recherche exploratoire consacrée à l’appropriation du média d’information en ligne The Conversation France (TCF) par les universitaires lorrains.

« The Conversation a été lancé en Australie en mars 2011, au Royaume-Uni en mai 2013, aux États-Unis en novembre 2014, en Afrique en juin 2015 et en France en septembre 2015 », il s’agit d’un « média en ligne d’information et d’analyse de l’actualité indépendant »[1] fondé sur la collaboration entre journalistes et universitaires. L’objectif affirmé est de « permettre une meilleure compréhension de l’actualité et des sujets les plus complexes. Dans l’espoir d’alimenter un débat public de meilleure tenue » (Ibid.) TCF se présente comme « différent des autres médias »[2], fondé sur « de nouveaux protocoles et de nouvelles règles afin d’aider à rebâtir la confiance envers le journalisme de qualité »[3]. La plateforme est vouée à constituer pour les autres médias « une véritable source d’informations, une mine d’idées et d’auteurs soucieux de s’adresser à un large public »[4].

Nous exposerons les modalités de la collaboration entre journalistes et universitaires « experts » afin de comprendre dans quelle mesure elles correspondent à ce qui relève aux yeux des uns et des autres de points de convergence, d’incompréhension mutuelle ou de divergence. Au regard des identités professionnelles des universitaires et des journalistes (Charon, 2003 ; Fave-Bonnet, 2003) et dans une perspective écosystémique de la presse à l’ère numérique (Charon, 2015), nous interrogerons le modèle importé en France par l’association à but non lucratif The Conversation France (loi 1901) dont l’objet est de « favoriser les rapprochements entre le journalisme et l’enseignement supérieur et la recherche, afin de proposer à un large public une information indépendante, fondée sur la connaissance et l’expertise »[5].

L’Université de Lorraine fait partie des premiers membres fondateurs de la plateforme TCF. L’établissement a été le principal pourvoyeur d’auteurs (7%) et d’articles (8%) de la plateforme au cours de sa première année d’existence. Impliqué dans ce projet, nous assumons « le statut  d’observateur-participant  dans  un  monde  de  l’art  que l’on souhaite étudier » (Faulkner et Becker, 2008), une posture de « dédoublement  statutaire » qui « offre  des  avantages et des  inconvénients, et combine  des  ressources  nouvelles et des  contraintes  supplémentaires »  (de Sardan, 2000) et qui a déjà montré son potentiel pour élucider les cadres de références implicites et partagés par le chercheur avec les acteurs du terrain étudié (Falgas, 2014).

C’est dans cette position particulière que nous avons engagé une recherche exploratoire dont une facette consiste à explorer l’adéquation (ou non) des représentations des universitaires et des responsables de TCF. Journalistes et universitaires sont confrontés à diverses modalités d’évaluation et de légitimation de leur activité, entre lesquelles chacun arbitre au regard de la responsabilité professionnelle, citoyenne et sociétale qu’il revendique. Dans un contexte de valorisation croissante par les institutions universitaires de la notion de responsabilité sociétale des universités[6], nous interrogeons le passage d’une écriture scientifique destinée aux initiés à une écriture journalistique destinée au plus grand nombre. La narration peut-elle constituer un terrain de convergence entre universitaires et journalistes ? Il s’agit de comprendre comment une nouvelle forme d’écriture s’installe ou non dans les priorités et l’organisation du travail des universitaires et d’interroger les tensions à l’œuvre pour eux entre médiation et médiatisation.

Dix entretiens semi-directifs avec les premiers contributeurs lorrains ont été menés par téléphone en octobre 2015 et seront renouvelés en 2016. D’autres entretiens seront conduits conjointement auprès d’auteurs pressentis mais dont la collaboration n’a pas abouti, ainsi que des journalistes de la plateforme TCF. L’étude bénéficie également de l’observation-participante en qualité d’organisateur et d’animateur d’une formation doctorale à l’écriture journalistique de vulgarisation tenue en juin 2016. Enfin, nous tirerons profit des échanges à venir le 21 septembre prochain dans le cadre de la journée d’étude organisée par le Centre de recherche sur les médiations sur le thème « Pratiques d’écriture et de réécriture à l’interface des sciences et du journalisme ». Ces deux derniers rendez-vous permettent de s’appuyer sur la prise de parole publique du directeur de la rédaction de The Conversation France dans deux contextes différents.

L’ensemble du corpus qualitatif sera analysé selon une approche ethnométhodologique qui peut être « définie comme « l’étude de la façon dont les participants à une activité lui confèrent une intelligibilité propre », en « créant leurs propres cases pour ranger les activités du monde social » » (Perriault, 2010). Les témoignages et descriptions recueillies auprès des acteurs doivent nous permettre de déceler des marques d’indexicalité (Leiter, 1980) révélatrices du sens commun et de sa construction dans le contexte organisationnel universitaire et journalistique (Weick, 1995). Les observations et conclusions de l’analyse du corpus qualitatif seront considérées au regard des résultats d’études quantitatives menées fin 2016 auprès des lecteurs de TCF en général et des universitaires lorrains en particulier.

[1] https://theconversation.com/fr/who-we-are consulté le 21 juillet 2016

[2] https://theconversation.com/fr/10-ways-we-are-different consultée le 22 juillet 2016

[3] https://theconversation.com/fr/who-we-are consultée le 22 juillet 2016

[4] https://theconversation.com/fr/resources-for-media consultée le 22 juillet 2016

[5] https://theconversation.com/fr/who-we-are consultée le 22 juillet 2016

[6] AEF, Dépêche n°536251 – Paris, le 11/04/2016

Bibliographie indicative

BEUSCART, Jean-Samuel, DAGIRAL, Éric et PARASIE, Sylvain, 2009. Sociologie des activités en ligne (introduction). In : Terrains & travaux. 2009. Vol. 1/2009, n° n°15, p. p. 3‑28.

CHARON, Jean-Marie (éd.), 2003. Les journalistes ont-ils encore du pouvoir?. Paris : CNRS Éd. Hermès, 35. ISBN 2271061261 2271061261.

CHARON, Jean-Marie, 2015. Presse et numérique – L’invention d’un nouvel écosystème [en ligne]. Rapport remis le 2 juin 2015 à Madame la Ministre de la culture et de la communication. S.l. [Consulté le 19 juin 2015]. Disponible à l’adresse : http://www.culturecommunication.gouv.fr/Ressources/Rapports/Rapport-Charon-Presse-et-numerique-L-invention-d-un-nouvel-ecosysteme.

DE SARDAN, Jean-Pierre Olivier, 2000. Le « je » méthodologique: Implication et explicitation dans l’enquête de terrain. In : Revue Française de Sociologie. juillet 2000. Vol. 41, n° 3, p. 417. DOI 10.2307/3322540.

FALGAS, Julien, 2014. Raconter à l’ère numérique : auteurs et lecteurs héritiers de la bande dessinée face aux nouveaux dispositifs de publication [en ligne]. Thèse de doctorat en Sciences de l’information et de la communication. Metz : Université de Lorraine. Disponible à l’adresse : http://docnum.univ-lorraine.fr/public/DDOC_T_2014_0112_FALGAS.pdf.

FAULKNER, Robert R. et BECKER, Howard S., 2008. Studying Something You Are Part Of : The View From the Bandstand. In : Ethnologie française. 2008. Vol. 113, n° 1, p. 15. DOI 10.3917/ethn.081.0015.

FAVE-BONNET, Marie-Françoise, 2003. Les universitaires : une identité professionnelle incertaine. In : Hermès, La Revue. 2003. Vol. 1/2003, n° n°35, p. p. 195‑202.

LEITER, Kenneth, 1980. A primer on ethnomethodology. New York : Oxford University Press. ISBN 0195026284. HM24 .L427

PERRIAULT, Jacques, 2010. Ethnométhodologie, machines à communiquer et logique de l’usage. In : Cahiers d’ethnométhodologie. 2010. Vol. 4, n° 4, p. pp. 21‑29.

WEICK, Karl E., 1995. Sensemaking in organizations. Thousand Oaks : Sage Publications. Foundations for organizational science. ISBN 0803971761. HF5548.8 .W36 1995

Voir aussi :