Tandis que le PDG de Google France annonce d’importants recrutements, le géant de l’Internet poursuit une tournée auprès de 100 villes de France sous le signe de la formation au numérique. Or, les résultats de travaux de plus en plus nombreux à se pencher sur le pouvoir exercé par les GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft) sur nos sociétés vont à l’encontre de la perception très positive dont témoignent bon nombre d’utilisateurs à l’égard de Google (universitaires y compris).

Accéder à la vie numérique par le petit bout de l’entonnoir

L’entonnoir, Google sous la loupe des sciences de l’information et de la communication coordonné par Gabriel Gallezot et Brigitte Simonnot, préface de Hervé Le Crosnier.
C & F éditions, 2009.

Dès 2009, Google a été ouvertement qualifié d’entonnoir. Hervé Le Crosnier explique le choix de cette métaphore en ces termes :

« La métaphore de l’entonnoir, comme toutes celles auxquelles on peut penser, ne peut représenter qu’une partie du Google-monde. Il s’agit pour Google de transvaser tout l’Internet, les milliards de pages disponibles, dans ses centres serveurs, puis de rendre indispensable l’usage du moteur de recherche à celui qui veut retrouver une information, un document, une personne, une vidéo, une musique, voire même un extrait d’une conversation par mail ou forum. Bref, d’accéder à la vie numérique par le petit bout de l’entonnoir. »

L’appétit des géants, pouvoir des algorithmes, ambitions des plateformes par Olivier Ertzscheid, préface de Antonio Casilli.
C & F éditions, 2017.

C’est sur la base d’un constat similaire qu’Olivier Ertzscheid – reprenant l’idée de Dirk Lewandowski – martèle l’appel à constituer un index indépendant pour les contenus du web. Les moyens nécessaires pour constituer et maintenir à jour un index comparable à celui de Google sont si massifs que cela empêche l’émergence d’alternatives compétitives.

Or l’expérience utilisateur tout comme les résultats fournis par une recherche sur Google ne sont ni neutres ni transparents : ils découlent du modèle économique de l’entreprise et de l’idéologie de ses dirigeants. En somme, Google est un média comme les autres… Si ce n’est que ses concurrents se comptent sur les doigts de la main et qu’ensemble ils concentrent aujourd’hui l’essentiel de l’accès à l’information pour une population mondialisée de plus en plus nombreuse.

Google, un média à part entière masqué derrière un leurre numérique ?

L’impensé numérique – Tome 1, Des années 1980 aux réseaux sociaux coordonné par Pascal Robert, postface de Serge Proulx.
Archives contemporaines, 2016.

Ce problème de pluralisme de l’accès à l’information en ligne est amplifié par l’illusion d’une neutralité technologique. Nous faisons face à ce que Pascal Robert désigne comme un impensé : une marginalisation des questionnements autour des enjeux de société que soulève le numérique. L’impensé s’abrite derrière l’illusion du choix : si vous n’aimez pas Google, après tout, vous êtes libre de ne pas l’utiliser. Le discours vaut également pour les autres géants que sont Facebook, Microsoft, Apple ou Amazon. En dernier recours, rien ne vous empêche de vous tourner vers l’offre alternative issue du logiciel libre ; et tant pis si vous préféreriez consacrer vos soirées à votre famille ou vos passions plutôt qu’à cultiver votre maîtrise de l’informatique pour tout faire fonctionner.

Si la neutralité technologique est un leurre, c’est que les algorithmes qui gouvernent les services numériques sont le fruit de décisions humaines. Ces algorithmes encodent un certain nombre de règles qui, en d’autres temps, relevaient d’une charte éditoriale. Par exemple, sur The Conversation France la charte éditoriale prévoit que seuls les détenteurs d’un doctorat (ou doctorants en préparation d’une thèse) sont habilités à publier. Eh bien la magie de l’informatique a permis d’encoder cette contrainte, de sorte que nos amis journalistes ne peuvent pas surseoir à cette règle quand bien même une occasion justifiée se présenterait.

Voilà ce qu’est un algorithme : c’est un code (informatique) plus ou moins complexe qui prédétermine ce qui pourra se produire ou non (accéder à une information, recevoir une alerte, s’inscrire à l’université, freiner pour éviter l’accident, presser sur une détente…) en fonction de la décision préalable de ses concepteurs. Il ne s’agit pas de dire si c’est bien ou mal, mais de s’interroger sur ce que nous devons en faire. En l’occurrence, on peut considérer avec Olivier Ertzcheid qu’il serait nécessaire d’imposer une transparence des algorithmes afin que les utilisateurs puissent se tourner vers tel ou tel infomédiaire en toute connaissance de cause, tout comme les lecteurs d’une publication ont besoin d’en connaître la ligne éditoriale.

Un hold-up intellectuel et économique ?

Les industries culturelles et créatives face à l’ordre de l’information et de la communication par Bernard Miège.
Presses universitaires de Grenoble, 2017.

Google, un « média à part entière » masqué derrière un « leurre numérique » ? On retrouve ces mots sous la plume (ou le clavier ?) de Bernard Miège lorsqu’il constate que les industries culturelles et créatives font face à l’ordre de l’information et de la communication. Bien que ma recherche doctorale ait consisté en un travail minutieux autour de deux innocents récits numériques héritiers de la bande dessinée, il m’est nettement apparu que l’impossibilité à reproduire ces innovations narratives en dépit de leur relative réussite tenait aux caractéristiques de l’environnement numérique.

À la lecture des rapports consacrés à l’état du secteur littéraire ou de celui de la presse, il semble que tout comme les auteurs de bande dessinée, tous ceux qui produisent une œuvre intellectuelle ou artistique soient aujourd’hui en difficulté pour en vivre et même pour la faire simplement connaître. Ces modestes observations ne font que corroborer l’analyse de Bernard Miège ou celle de Nikos Smyrnaios :

Nikos Smyrnaios sur l’oligopole de l’Internet contre l’autonomie journalistique, à Metz le 30 janvier 2017.

Une menace pour la démocratie ?

Les GAFAM contre l’Internet, une économie politique du numérique par Nikos Smyrnaios.
INA éditions, 2017.

Récapitulons : un oligopole de l’Internet grignote chaque jour un peu plus le pluralisme de l’information tandis que les chartes éditoriales inavouées que déclinent ses algorithmes coupent court à l’expression individuelle des auteurs, des artistes et de tous ceux qui produisent des idées. Mais Google et consorts sont de formidables réussites économiques. Or, dès 2013 un rapport sur la fiscalité de l’économie numérique pointait la place centrale de la collecte de données personnelles dans la création de valeur par les acteurs de l’économie numérique.

Le rapport avançait que les GAFA (Google, Apple, Facebook Amazon) ne s’acquittaient que de 4 millions d’euros d’impôts en France sur les 500 millions dont ils seraient redevables « si le régime fiscal leur était pleinement appliqué ». Selon un article du Monde diplomatique consacré en 2013 à cette traque méthodique de l’internaute, « en France, sur 2,5 milliards d’euros de recettes publicitaires en ligne – liens sponsorisés inclus -, Google à lui seul capte 1,8 milliards d’euros ». Pourtant, comme le rappelle Marie Bénilde dans ce même article, les GAFA ne produisent aucun contenu et se bornent à organiser le contenu produit par d’autres.

The ConversationLes moyens qui alimentaient jusqu’alors la presse et les médias sont donc confisqués par des acteurs qui non seulement ne contribuent pas à la production de contenu culturel, mais ne reversent pas non plus ce qu’ils devraient à la collectivité. Google a beau jeu de donner des gages de sa bonne volonté en ouvrant des fonds à l’innovation pour la presse (dont la rubrique Data de The Conversation France a bénéficié) ou en soutenant des initiatives humanitaires ou de santé. Aussi longtemps que les bénéfices des ogres du numérique échapperont à l’impôt et qu’ils profiteront d’une absence de régulation, l’utilisation de ces moyens échappera au débat démocratique tout en contribuant à faire advenir un projet de société pensé par et pour une minorité.

Julien Falgas, Chercheur correspondant au Centre de recherche sur les médiations, Université de Lorraine

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Voir aussi :