Joey Manley appelle de ses voeux l’âge d’argent pour le webcomic. Etonnant de la part de l’un des principaux acteurs de la réussite économique et artistique de la bande dessinée sur Internet chez les anglosaxons. Et pourtant…

Joey Manley se plaint de la prépondérance écrasante des BD potaches à l’humour de type “dick and fart” (autrement dit basé sur des blagues un peu lourdes et souvent salaces). Selon lui ce type de production est caractéristique d’un medium qui traverse son âge d’or: nombreux cherchent à se faire une petite place au soleil en profitant d’un climat florissant…

Le résultat est une production apparemment uniforme et sans saveur. Bien entendu, bien des titres échappent à cette tendance (beaucoup sont d’ailleurs référencés sur ce site), mais le fait est qu’il faudra – selon Manley – attendre la maturité du webcomic pour voir émerger et reconnaître une production de qualité.

Et pour la production francophone ? Difficile de risquer un parallèle dans la mesure où nos auteurs sont essentiellement des amateurs…