Alors que Thomas Ribreau, chef de projet pour Ave!comics, cherchait il y a quelques jours à démontrer que la BD numérique selon Ave!comics n’est pas une sous-BD tout en rappelant qu’Ave!comics reste avant tout un revendeur de droits numériques sur les BD qu’il adapte, Fred Boot évoque quelques pistes de ce que pourrait être une BD numérique originale qui exploiterait véritablement son support. Il me semble subsister un verrou qu’aucun discours ne fera sauter : la capacité des auteurs à maîtriser les langages du numérique.

Bien peu d’auteurs ont acquis la grammaire et le vocabulaire de la narration numérique. Lorsque Fred Boot rappelle son expérience, on voit bien qu’il ne doit pas se trouver beaucoup de gens à avoir – comme lui – acquis à la fois le langage de la BD et celui du numérique. Il est clair en le lisant, que le numérique n’est pas cet espace inexploré que l’on se plait souvent à décrire. Le numérique n’est inexploré que pour la bande dessinée. Les arts numériques ont déjà une longue histoire derrière eux, tout le problème est le temps nécessaire à l’assimilation des codes qu’ils ont su mettre en évidence. Un auteur de BD ne pourra jamais se forcer à raconter avec des outils ou un langage qu’il ne maitrise pas. La BD reste un moyen d’expression. On se lasse rapidement de parler lorsqu’on trébuche à chaque mot.

C’est pourquoi je ne pense pas qu’il faille placer la barre trop haut en décrivant un idéal de la BD numérique. Quelques exemples…

Les auteurs qui ont popularisé le format du blog BD ont merveilleusement su s’approprier le langage numérique parce qu’ils ont trouvé un langage en phase avec leurs aspirations. Au moment où l’autobiographie était le genre-locomotive de la nouvelle bande dessinée, quoi de plus naturel que de publier de la BD sur un blog : format apparu sur le web pour publier son carnet de bord, voire son journal intime.

Les auteurs anglosaxons qui ont redonné vie au strip ou eu feuilleton régulier à travers leurs webcomics ont également su trouver un excellent usage du langage numérique. Internet encourage à publier régulièrement, à petite dose pour occuper le terrain du quotidien. C’était une opportunité évidente pour une certaine forme de bande dessinée, et un mode d’expression naturel pour les auteurs qui l’ont adopté.

Sur les forum de bédéistes, le genre du cadavre exquis affiche une excellente longévité puisqu’on le pratiquait déjà à la fin des années 1990. Tout simplement parce que le forum encourage cette forme de création collective où chacun répond à ce qui a été dit auparavant. A l’inverse, la « BD interactive » de la fin des années 1990 n’est plus vraiment d’actualité : à l’époque on s’adressait à un petit noyau de lecteurs suffisamment réduit et soudé pour pouvoir attendre de lui qu’il propose la suite de l’histoire. Idem pour cette forme de « BD interactive » qui tentait de mixer son et animation, forte de la manne des investisseurs de la première bulle Internet.

Balak, avec sa « BD diaporama » décrite par Sébastien Naeco comme la BD de demain, a rencontré un certain succès d’estime aussi bien en francophonie que chez les anglosaxons. Son système est encore une fois très simple, mais encore une fois il s’agit d’un langage naturel pour cet auteur qui a une expérience dans l’animation.

Quels nouveaux formats naîtront de l’usage massif des réseaux sociaux ? De Twitter ? Du téléphone et du web mobile ? Quel auteur aura acquis une pratique si naturelle de Google maps, qu’il donnera vie à l’idée d’un Google Map comic ? Et pour finir, quand pourrons-nous compter sur une génération d’auteurs si familière du langage numérique qu’il en fera un usage plein et entier ? Ces auteurs maîtriseront-ils encore le langage de la BD ?

Voir aussi :