Il y a un an, je m’étais penché sur l’évolution des terminologies d’usage en matière de bande dessinée sur support numérique. Voici les chiffres actualisés pour les différentes terminologies en usage dans la presse francophone :

Terminologies en usage dans la presse francophone au sujet de la bande dessinée sur support numérique.

On observe très nettement :

  • un traitement 2.5 fois plus important que l’an passé de la BD sur support numérique en général par les journalistes ;
  • +340% pour l’usage du vocable « BD numérique » ;
  • les blogs BD sont 3 fois plus représentés ;
  • le terme « webcomics » reste confidentiel, mais est tout de même 4 fois plus usité qu’auparavant, de même que le terme « bd interactive » (porté par la sortie d’un album à vocation touristique, qui intégrait des flashcodes) ;
  • l’expression « BD en ligne » reste stable.

L’expression « BD numérique » semble donc adoubée par la presse, à défaut de l’être par les internautes qui n’effectuent quasiment aucune recherche sur cette expression. Lorsque l’on parle de « BD numérique », il s’agit toutefois encore quasi exclusivement de bandes dessinées numérisées, et non de créations numériques originales. C’est pourquoi certains auteurs caressent aujourd’hui l’idée de s’affranchir des mots « bande dessinée » en parlant de Turbo Media

Voir aussi :