Comment dépenser 700 000 € pour le numérique et éviter soigneusement de faire preuve d’innovation.

Dans la foulée de l’appel du ministre de la culture à l’union des éditeurs pour négocier avec Amazon, huit éditeurs de bande dessinée ont annoncé le lancement d’un catalogue commun « Bande numérique » basé sur la plateforme Iznéo. Bodoï a recueilli le témoignage du directeur général de ce regroupement d’éditeurs. En un mot : affligeant… On prend les lecteurs de bande dessinée pour des pigeons.

Morceaux choisis…

L’avenir de la BD selon Bande numérique : surtout ne rien changer

Nous souhaitons maintenir la bande dessinée dans le même cadre qu’aujourd’hui, avec les mêmes acteurs (auteurs, libraires, clients…). Pour réussir cela, il faut agir sur le marché ensemble.

Je doute que la bande dessinée existerait encore aujourd’hui si elle avait dû compter sur des gens dont la seule ambition consiste à la maintenir dans le même cadre. Tout au long du XXème siècle la BD a justement su s’inventer et se réinventer en changeant de cadre (presse, magazines, albums,… )

Les éditeurs croient mieux savoir qu’Amazon comment vendre un fichier numérique

Nous sommes en cours de discussion avec Amazon. Il serait tout de même stupide de se fermer la porte de la première librairie au monde… Le problème est qu’il faudrait, pour lui agréer, que nous promettions la jouissance d’un fichier ad vitam aeternam au lecteur. Or le fichier numérique est comme le livre papier: il arrive qu’on l’abîme ou qu’on le perde, et dans ce cas il faut le racheter. Lors de son achat, le lecteur a droit à cinq copies, cela nous semble raisonnable.

Je ne savais pas les lecteurs de bande dessinée aussi peu soigneux. Le « cadre de la bande dessinée d’aujourd’hui » me semblait être celui d’un album de qualité, pérenne, que l’on collectionne et lègue à ses enfants. Un album de bande dessinée peut être prêté, donné ou vendu d’occasion. Le fichier numérique n’est pas comme le livre papier. Pour cette raison, la seule manière d’aborder le numérique consiste à se montrer innovant.

Le piratage : combattre l’incendie avec un bidon d’essence

On peut obtenir en un clic l’intégrale de Tintin ou de Lanfeust de Troy, en PDF bien propres, parfaitement lisibles. (…) Via Izneo, Bande Numérique vise à protéger les œuvres, disponibles en streaming ou via des fichiers cryptés, sécurisés.

Les mesures de Bande numérique pour contrer le piratages visent donc à proposer une offre légale qui n’a aucun des atouts de l’offre illégale, ni aucune valeur ajoutée. Pour lire des BD avec Bande numérique, il faut s’armer de courage, être prêt à cliquer et à dépenser de l’argent. Vous n’aurez rien d’autre en retour qu’un accès temporaire ou limité à 5 copies d’un fichier de qualité similaire (voire inférieure) sa la version pirate, que vous ne pourrez pas prêter, donner, ni revendre à qui que ce soit.

Ce que vend Bande numérique, ça n’est pas un bien mais un service : l’accès numérique à des bandes dessinées. Depuis un an, on attend toujours l’abonnement au catalogue Iznéo à 9.99€/mois, annoncé par ses conditions générales de vente dans une version ultérieure du site.

Voir aussi :