Ce n’est pas moi qui le dit, mais Gilles Ratier dans le traditionnel rapport de l’Association des critiques de bande dessinée. Voilà une affirmation qui me laisse profondément perplexe.

Le rapport de l’ACBD s’attache au marché francophone. Or les professionnels de la BD francophone abordent le numérique avec des années de retard par rapport aux anglophones et aux asiatiques. Cette prise de conscience récente prend place dans un contexte marqué par de très fortes particularités par rapport aux marchés étrangers :

  • prédominance du blog BD,
  • bonne santé du secteur traditionnel (le livre),
  • attentisme des auteurs quant aux modèles que proposeront les acteurs traditionnels (éditeurs).

Rappelons qu’un Eisner Award récompense le meilleur webcomic depuis 2005. Chez nous, le blog BD n’est récompensé depuis 2007 que sous l’angle de la « révélation »… Si la BD francophone avait un telle avance en matière de numérique, comment se fait-il que l’ACBD n’en ait jamais fait état avant cette année ?!

Lorsque je relis mon bilan de l’année 2005, je constate qu’en 4 ans nous avons bien peu avancé.

Voir aussi :